Appelez-le comme vous voulez

des arguments, des théories ou des preuves,

tout ce que vous lisez sur cette page explique à quel point

les arbres sont importants

Gagnez de l’argent en plantant des arbres


Cela est un chapitre du livre

"CO2, un cadeau du ciel "

écrit par Pieter Hoff

Pendant la crise financière de 2008-2009, les termes ‘dépenses’ et ‘investissements’ étaient souvent confondus. Une collectivité locale a rédigé un plan de crise assignant des centaines de millions d'euros pour stimuler l'emploi. Les mesures proposées ont inclus l’isolation des maisons et une croissance de l'emploi dans les services de la santé public. En même temps cette collectivité a vendu ses actions dans une grande entreprise d'énergie afin d'avoir les moyens pour ces ‘investissements’. Confondaient-ils les définitions ? Avant que nous discutions des dépenses et/ou des investissements au sujet de la plantation des arbres nous devrions d'abord éclaircir ces concepts.


Un investissement se compose de dépenses avec le but et l'intention de faire de l'argent. Supposez que vous investissez € 1000 dans une machine qui fait cuire du pain au four. Ces dépenses vous permettent de vendre € 2000 de valeur de pain par année pour vous faire un profit. À cause des coûts d'entretien vous devez vous débarasser de la machine après quatre ans. Supposez que sa valeur finale est toujours € 200. Alors le coût réel de la machine est € 800 (1000-200). C'est la dépréciation. Le résultat financier en quatre ans est le suivant :


  • un investissement de € 1 000
  • les dotations aux amortissements annuelles sont 800/4 = € 200
  • l'intérêt est de 4 ans X (5% x la moitié de de l'investissement) = € 100
  • la valeur résiduelle est € 200
  • Tous les coûts de la machine sont € 900.

Les ventes sont 4 x 2 000 = 8 000. Le bénéfice brut avec lequel nous pouvons payer tous autres coûts comme les salaires, l’énergie, le logement est de € 7 100et est un bénéfice avec lequel nous récupérons le profit net,. C'est comment vous faites de l'argent.


Quand un gouvernement dépense de l'argent et il ne produit pas du revenu, ce n'est pas un investissement. Ce sont des coûts ou des dépenses. Au cours du temps tout argent est dépensé donc ce gouvernement ne peut que faire des nouvelles dépenses en prélevant des impôts plus élevés ou en empruntant de l'argent. Un gouvernement qui exploite une société d'énergie qui produit annuellement des centaines de millions de profit et dépense ces revenues reste tel quel florissant. Un gouvernement qui vend la société d'énergie et utilise l'argent comme dépenses en fesant appel aux investissements sera par la suite pauvre. Un fermier qui vend ses vaches n'a plus de production laitière. Après qu'il a dépensé l'argent qu' il a fait en vendant les vaches il doit vendre sa ferme.


Le même principe s'applique aux solutions du CO2. Si nous pompons la CO2 souterraine nous ne nous privons pas seulement d'oxygène mais nous avons également d'énormes dépenses annuelles. Si un gouvernement indique que nous devons investir dans le stockage du carbone, il se sert de deux arguments faux. Il devrait dire que nous devons faire des dépenses pour stocker le carbone et l’oxygène. Ces dépenses ne donnent aucun retour. En revanche, si les machines sont épuisées après 20 ans nous devons faire plus de dépenses pour acheter de nouvelles machines. Cette solution nous rendra seulement plus pauvres parce que l'argent utilisé pour les dépenses ne peut plus être investi. Cependant, les arbres créeront un revenu en forme de produits. La plantation d’arbres pour résoudre le problème CO2 n'est pas une dépense: c'est un investissement. Elle contribute à notre prospérité. Le stockage de carbone demande des dépenses qui contribuent à notre pauvreté.


Sans compter ces avantages, la plantation des arbres est une question de pensée et de calcul à long terme. La question qu'il faut poser, chacun de nous, est : « d'où obtiendrons-nous notre bois de construction en 40 ans où le déboisement de l'Amazone, de l'Indonésie et du Bornéo est complet? «  dans le plûpart des régions cette période en effet est plus longue que ça. Afin d’être capable de couper des arbres après, nous devons les planter maintenant. Les arbres prennent 40 ans pour se développer et dans beaucoup d'endroits le délai est encore plus long. Dans » les figures du Treesolution » à la page 93 vous pouvez lire que les revenues d’aujourd’hui en bois de construction sont déjà approximativement 28 000 euros par hectare. Le calcul est basé sur un modèle pour la plantation. Ce modèle se compose d’abattre tous les arbres pour 100% quand ils ont atteint la taille appropriée. La moisson est alors environ 280 m3 avec une valeur de 100 euros par m3. Selon l'endroit, il y a des différences dans le taux de croissance et dans le retour par m3. Le bois dur tropical est environ deux fois plus cher que dans les exemples prix dans les calculs. Les arbres vraiment grands dans les forêts tropicales ont besoin de parfois jusqu'à 300 ans. Il y a aussi une différence importante quant à quand certains arbres peuvent être coupés. La meilleure méthode est la moisson sélective. Ceci permet à une forêt de produire le bois de construction indéfiniment. La moisson sélective permet 100 à 200m3 du bois de construction à couper d'une forêt chaque 100 années sans endommager permanent. Si une forêt est FSC approuvé - que nous espérons d’être la réalité dans 25 ans - alors même 10% de ça sera laissé intact afin d'empêcher la dégradation génétique. Cette pratique provoque la biodiversité, empêche l'appauvrissement écologique, crée un endroit de reproduction sûr pour un certain nombre d'espèces animales et à l'avenir permet à des forêts de fonctionner comme banque de gène.


Élévation des prix


Il est fortement probable que le prix du bois monte considérablement une fois il devienne rare. La même chose est arrivée au prix de pétrole brut en 2008.

Il est prévisible que le prix du bois non-traité, selon ce que vous pouvez faire avec, devienne au moins plus de 1 euro par kilo.

Ceci est basé sur le fait que les matériaux de construction tels que le fer et les polymères coûtent déjà plus de 1 euro par kilo. Puisque les deux matériaux de construction deviendront rares en raison de la croissance de population, ces prix s'élèveront considérablement. Ceci causera la demande du bois comme matériau de construction alternatif à augmenter et ceci aura des effets positifs sur les prix.


Le bois de construction pourrait être la nouvelle norme financière.


Les gouvernements dans le monde entier recherchent des solutions à leurs systèmes financiers effondrés. L'étalon or a été supprimé en mars de 1973. Puisqu'il y a une autre crise, il serait recommandé de développer un système dans lequel des risques de crédit devraient toujours être fixés par la garantie. Ceci pourrait empêcher des états d'imprimer des sommes d'argent sans fin, peut-être causant la prochaine bulle financière. Un tel système pourrait aussi empêcher de perdre leurs travaux pour des dizaines de millions de personnes. La solution pour cette sécurité est plus près que les gouvernements souvent pensent : le bois de construction pourrait remplacer l'or comme base pour un système financier. Si un hectare de bois renvoie approximativement 300 000 kilos de bois de construction et la valeur est autour 1 euro par kilo alors que la valeur collatérale de deux milliards de hectares de forêt est de 600 000 000 000 000 = 600 trillion d’euros. Cette quantité devrait être assez pour s'assurer que le système financier peut ne jamais s'effondrer encore comme il faisait en 2008. Afin de fonder le système financier mondial avec une sûreté ferme et fiable, les gouvernements collatéraux fermes et fiables a pu choisir d'obliger des banques à planter 1.5 hectare d'arbres pour chaque million prêté et à le garder en tant que garantie.


Croissance de valeur non taxée


Le sol érodé sans agriculture est bon marché. Si vous changez ce sol en secteur produisant de la nourriture, du bois ou charbon de bois, des fruits, des médicaments, des extraits, des huiles, des essences, du liège ou beaucoup d'autres produits, instantanément la valeur du sol augmentera. Cette croissance de capital est intéressante et dans la plupart des pays non taxés. Du moment où on comprend la croissance intéressante en valeur de changer le sol sans valeur en secteur de haute valeur,  les décideurs rapides auront les bénéfices les plus élevés.


Les arbres ont besoin de temps


Si nous plantons des arbres aujourd'hui, nous pouvons seulement les couper quand la population du monde a augmenté de 50%. Ceci signifie que, si nous ne commençons pas à planter aujourd'hui, non seulement sera là moins de bois de construction disponible parce que nous avons fini les forêts, mais également la demande des arbres sera 50% plus haut parce qu'il y aura plus de personnes alors. Cela prendra 40 ans - la période de croissance - pour résoudre cette manque. Nous pouvons imaginer que cela prendra encore plus longtemps parce qu'afin de soutenir la population accrue du monde, toute la terre fertile sera employée pour la production de la nourriture. Des arbres seront interdits aux endroits où ils poussent moins fort = moins vite. Celui qui veut considérer les chances à long terme et n'avait pas été convaincu par les avantages du ‘Treesolution’ peut être convaincu par l'argument du bénéfice. Chaque personne ou entité ou pays qui plantent des arbres maintenant, aura de grands avantages économiques plus tard. Ceux qui calculent et pensent en avant, planteront des arbres aujourd'hui. 

https://followus.tv/pourquoi-les-arbres-sont-importants/ 


POURQUOI LES ARBRES SONT IMPORTANTS ?

mai 3, 2018 • Ninja Scroll


Les arbres sont vitaux. En tant que plus grandes plantes de la planète, elles nous donnent de l’oxygène, emmagasinent le carbone, stabilisent le sol et donnent vie à la faune et à la flore du monde. Ils nous fournissent également le matériel pour les outils et les abris.


Non seulement les arbres sont essentiels à la vie, mais en tant qu’espèces qui vivent le plus longtemps sur terre, ils nous donnent un lien entre le passé, le présent et l’avenir.


Il est essentiel que les forêts, les forêts pluviales et les arbres en milieu urbain, comme les parcs, soient préservés et gérés de façon durable dans le monde entier.


Jouez votre rôle et adoptez les arbres dans les parcs royaux dès aujourd’hui.


Les arbres sont bénéfiques pour la santé
Les auvents des arbres agissent comme un filtre physique, emprisonnant la poussière et absorbant les polluants de l’air. Chaque arbre enlève jusqu’à 1,7 kilos par an. Ils fournissent également de l’ombre contre le rayonnement solaire et réduisent le bruit.


Plus de 20 espèces d’arbres et d’arbustes britanniques sont connues pour leurs propriétés médicinales. L’huile de l’écorce de bouleau, par exemple, a des propriétés antiseptiques.


La recherche montre que quelques minutes après avoir été entouré d’arbres et d’espaces verts, votre tension artérielle chute, votre rythme cardiaque ralentit et votre niveau de stress diminue.


Les arbres profitent à l’environnement
Les arbres absorbent le dioxyde de carbone pendant leur croissance et le carbone qu’ils emmagasinent dans leur bois aide à ralentir le rythme du réchauffement de la planète.


Ils réduisent la vitesse du vent et refroidissent l’air, car ils perdent de l’humidité et réfléchissent la chaleur vers le haut à partir de leurs feuilles. On estime que les arbres peuvent réduire la température d’une ville jusqu’à 7°C.


Les arbres aident aussi à prévenir les inondations et l’érosion du sol, absorbant des milliers de litres d’eaux pluviales.


Les arbres stimulent la faune sauvage
Les arbres abritent des microhabitats complexes. Quand ils sont jeunes, ils offrent habitation et nourriture à d’étonnantes communautés d’oiseaux, d’insectes, de lichens et de champignons. Lorsqu’ils sont anciens, leurs troncs fournissent également la couverture creuse dont ont besoin des espèces telles que les chauves-souris, les scolytes, les hiboux et les pics.

Un chêne mature peut abriter jusqu’à 500 espèces différentes. Le parc Richmond est plein de tels arbres, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles il a été désigné Réserve naturelle nationale et site d’intérêt scientifique spécial.


Les arbres renforcent les communautés
Les arbres renforcent le caractère distinctif d’un lieu et encouragent la fierté locale. La forêt urbaine peut être utilisée comme ressource éducative et pour rassembler des groupes pour des activités comme la marche et l’observation des oiseaux. Les arbres sont également inestimables pour que les enfants y jouent et découvrent leur sens de l’aventure.


Les arbres font croître l’économie
Les gens sont attirés à vivre, travailler et investir dans un environnement vert. Les recherches montrent que les prix moyens des maisons sont de 5 à 18 % plus élevés lorsque les propriétés sont proches d’arbres matures. Les entreprises bénéficient d’une main-d’œuvre en meilleure santé et plus heureuse s’il y a des parcs et des arbres à proximité.


Les arbres protègent l’avenir
Bientôt, pour la première fois dans l’histoire, le nombre de personnes ayant un logement dans les villes dépassera celui des personnes vivant à la campagne. Les parcs et les arbres deviendront une composante encore plus vitale de la vie urbaine. Nous devons les respecter et les protéger pour l’avenir.


Adoptez un arbre aujourd’hui si vous pensez que les arbres sont importants aussi !

 

https://www.tresdou.com/pages/5-raisons-pour-lesquelles-planter-des-arbres-est-important


Pourquoi planter des arbres est important ?


Aujourd’hui, la sauvegarde de la planète est plus que tout mise sur le devant. Nous sommes de plus en plus à prendre conscience de l’importance de l’écologie sur notre terre.

 

Les arbres ont la faculté de stocker le dioxyde de carbone et ainsi purifier l’air que nous respirons. Il faut seulement 500 arbres pour aspirer la quantité de dioxyde de carbone générée par une automobile parcourant 20 000km à l’année. Un grand arbre peut fournir une journée d’oxygène pour 4 personnes. Ils sont un atout majeur pour la favorisation du climat. Chaque arbre planté permet de diminuer la pollution d’un espace et de retrouver une terre seine et sauvage.

 

Les arbres produisent de l’humidité qui transforme les terres arides non cultivables, en terres humides propices à la culture de nourriture. Ils peuvent rejeter jusqu'à 50 litres d’eau dans l’air en une journée.

 

Les arbres plantés protègent les cultures contre le vent, la neige et les fortes chaleurs permettant de développer la faune et la flore. Un espace boisé fournit un abri pour les animaux.

 

Les arbres sont des plantes médicinales, 1 produit pharmaceutique sur 4 est fabriqué à partir de plante. Ils réduisent le stress et accélèrent la guérison. Une forêt est l’endroit idéal pour pratiquer la méditation. Qui n’est pas apaisé par une balade en forêt ? Des études ont montré que des personnes hospitalisées qui peuvent regarder des arbres guérissent plus vite que ceux qui ne peuvent pas.

 

Dans une zone urbaine, les arbres contribuent au bien-être psychologique de ses habitants.

 

Le nombre de bienfaits apportés par la plantation de nouveaux arbres est colossal. En plus de sécuriser la terre contre la pollution et de produire de la nourriture, ce sont de parfaits éléments de décoration.

 

Dans quelle(s) zone(s) sont plantés les arbres ?

Les arbres sont plantés en France. Pourquoi la France ? Car nous sommes un des pays les plus respectueux des conditions de développement des arbres. La plantation, la croissance et la découpe se font dans des règles strictes.

 


 

http://www.tresordenature.com/pages/la-foret/l-utilite-des-arbres.html#:~:text=L'arbre%20est%20un%20producteur,stocker%2050%20tonnes%20de%20carbone.


L'utilité des arbres


  • L’arbre est un producteur d’oxygène, un purificateur d'air et une source de vie. Les arbres séquestrent le CO2 dans l’atmosphère puis le transforment et le rejettent sous forme d'oxygène. Dans la forêt amazonienne, chaque hectare de forêt permet de stocker 50 tonnes de carbone. A titre de comparaison, en méditerranée, un arbre séquestre environ 7 kg de CO2 par an alors qu'en Amazonie, un arbre séquestre environ 15 kg de CO2 par an. 
  • L’arbre est également un générateur de pluie. Il ne suffit pas que de la vapeur d’eau soit présente dans l’atmosphère pour qu’il pleuve, il faut des germes autour desquels s’agglomèrent les molécules d’eau de plus en plus nombreuses, de sorte qu’elles finissent par former une goutte d’eau qui tombe. Les arbres émettent des molécules qui servent de germes. 
  • L'arbre est synonyme de diversité biologique. La disparition d'une seule espèce végétale peut entraîner à elle seule l'extinction de 30 espèces animales
  • L'arbre lutte contre l'érosion du sol. La plantation et la conservation des arbres sont d'excellents moyens de lutte contre l'érosion du sol. Les racines des arbres maintiennent le sol en place dans les terrains en pente. Ils permettent de stabiliser et de régulariser l'hydrologie du sol et le niveau de la nappe phréatique.
  • L'arbre améliore la qualité de l'eau. Ses racines permettent de filtrer l'eau et ainsi obtenir une meilleure qualité de l'eau. Sa présence réduit le volume des eaux de ruissellement, protège les sources d'eau et réduit les dommages causés par les inondations.
  • L'arbre participe à la régularisation des écarts extrêmes de température. Les arbres dégagent de la vapeur d'eau dans l'atmosphère et ce phénomène influe sur le degré d'humidité locale et tempère les variations extrêmes du climat. 
  • L'arbre et la qualité de vie. L'arbre vient nous rappeler le rythme des saisons, donc la nature, et le rapport que nous avons avec elle qui contribue à notre état psychologique.
  • L'arbre et l'éducation environnementale. Les espaces boisés représentent des lieux privilégiés de rencontre avec le milieu naturel pour l'interprétation de la nature et la sensibilisation à la conservation des espèces.
  • L'arbre, moteur économique : la valeur économique des arbres est considérable dans l'utilisation de matériaux de construction, de bois d'œuvre, de bois de chauffage, de pâte à papier ou de l'industrie de la transformation de produits forestiers. 
  • L'arbre, attrait touristique :l'engouement les régions boisés et les parcs suscite l'intérêt et la convoitise des touristes. Ceci est un atout économique non négligeable pour la population.
  • L'arbre, économiseur d'énergie : une plantation d'arbre située du côté nord d'une résidence peut contribuer à réduire sensiblement les coûts reliés aux frais de chauffage durant l'hiver. En période estivale, les arbres judicieusement placés autour d'une habitation abaissent la température et diminue du même coup l'utilisation du climatiseur.
  • L’arbre nourricierqui nous apporte des fruits et évite les importations

https://www.reforestaction.com/sites/default/files/il-foret-agir-10-bonnes-raisons-de-planter-des-arbres-en-france_0.pdf

 

10 bonnes raisons de planter des arbres EN France


Halte aux idées reçues. La forêt française ne s’étend pas aussi bien que ce qu’on imagine. Alors que la surface forestière augmentait à rythme constant jusqu’au début des années 2000, notamment grâce à la régénération naturelle, elle marque le pas depuis 2003. Elle est désormais en situation de stagnation. Compte tenu de la hausse des besoins en bois, la seule régénération naturelle ne sura pas à maintenir sa taille actuelle et à défaut de plantations susantes, la forêt française pourrait voir sa surface régresser d’ici 20 ans.


1) Démysti­er une extension en trompe-l’oeil « Faute de plantations suffisantes, la taille de la forêt française pourrait diminuer d’ici 20 ans »


2) Endiguer un dé­cit de plantations considérable Du fait notamment de la quasi-disparition des subventions étatiques en faveur de la forêt, le volume des plantations d’arbres a chuté de moitié par rapport aux années 1990 pour atteindre 70 millions de plants en 2013, dont 64% de pins maritimes, destinés pour beaucoup à reconstituer la forêt des Landes frappée par la tempête Klaus de 2009. De leur côté, nos voisins européens plantent à des niveaux conséquents : 300 millions d’arbres en Allemagne, 1 milliard en Pologne. Au regard du niveau actuel des plantations, la forêt française ne sera plus en capacité de répondre à la demande en bois qui ne cessera de croître au cours des prochaines décennies. « Les plantations annuelles françaises ont chuté de 50% par rapport aux années 1990 »

 

3) S’adapter aux e‑ets du changement climatique Pour les experts de la forêt, le changement climatique n’est pas une spéculation. Déjà les sécheresses de 2003 et 2006 ont vu des arbres mourir par manque d’eau. Et les climatologues du GIEC prévoient que le thermomètre mondial pourrait augmenter de 3,7 à 4,8° d’ici 2100. La hausse des températures déjà enregistrée dans l’Hexagone place certaines essences en situation de stress hydrique. Dans les Pays de la Loire par exemple, des peuplements de chênes pédonculés dépérissent aujourd’hui sur pied. Il est nécessaire de les remplacer par d’autres essences plus adaptées. De plus, un arbre a­aibli par la soif est davantage exposé aux agressions extérieures (insectes, champignons, maladies) pouvant à terme entraîner sa mort. « Avec la hausse des températures, certaines essences d’arbres dépérissent aujourd’hui sur pied »


4) Restaurer les écosystèmes victimes d’intempéries Alors que la tempête Lothar de 1999 a balayé 525 000 ha de forêt, seuls 30% étaient reconstitués en 2010. Plus récemment la tempête Klaus de 2009 a quant à elle couché 60% de la forêt des Landes. Seule une partie des arbres a été replantée à ce jour. Outre les épisodes de vents extrêmes, les incendies et autres inondations qui tendent à se multiplier ces dernières années portent également atteinte aux arbres et forêts de l’Hexagone. Restaurer ces écosystèmes dégradés en replantant les arbres disparus est indispensable pour favoriser le retour de la biodiversité locale. « La tempête Klaus de 2009 a couché 60% de la forêt landaise. Seule une partie a été replantée »

 

5) Protéger les petites surfaces exposées Vaste de 16,4 millions d’hectares, la forêt française couvre 30% du territoire, ce qui fait d’elle la 4è surface forestière d’Europe. Privée à 75%, la forêt de notre pays appartient à 3,5 millions de propriétaires détenteurs de petites surfaces de quelques hectares. Ces petits propriétaires passionnés n’en tirent aucun rendement court-termiste. En réalité, la forêt leur coûte plus qu’elle ne leur rapporte. Dans les faits, ces forêts libres d’accès constituent des lieux récréatifs pour le grand public et un havre de vie pour la biodiversité locale. Or ces petites surfaces dont les béné‑ces environnementaux pro‑tent à tous sont les plus exposées aux aléas naturels. C’est donc sur elles qu’il faut agir en priorité en aidant ces petits propriétaires à planter des arbres. « Les aléas naturels menacent davantage les petites surfaces qui constituent 75% des forêts françaises

 

6) Soutenir un poumon économique On l’ignore souvent, la ‑lière Forêt et Bois représente 450 000 emplois en France, soit autant que l’industrie automobile. On lui prête par ailleurs un potentiel de 60 000 créations d’emplois supplémentaires. Il s’agit d’emplois non-délocalisables qui stimulent l’économie des territoires. Planter un arbre après qu’un autre ait été coupé dans le cadre d’une gestion durable et raisonnée de la forêt, participe donc à entretenir le tissu économique de nos régions. « Le secteur Forêt et Bois représente en France 450 000 emplois non-délocalisables »


7) Participer à une transition énergétique durable L’arbre joue un rôle en faveur de la transition énergétique dans di­érents secteurs comme le bâtiment et l’énergie. Eco-constructions, batîments à énergie positive intégrant le bois, énergie renouvelabe issue de la biomasse en sont des exemples. Prometteuse, l’utilisation croissante de la ressource bois ne doit pour autant pas se faire aux dépends de nos forêts via le développement de monocultures extensives qui appauvriraient les sols. L’arbre ne pourra participer intelligemment à la nécessaire transition énergétique que dans le cadre d’une gestion et d’un renouvellement durables de nos forêts. « L’arbre peut participer à la transition énergétique via une gestion durable des forêts »

 

8) Miser sur le potentiel des bio-innovations Les progrès scienti‑ques actuels révèlent combien l’arbre est un réservoir d’innovations. Parmi les pays à l’avant-garde des innovations issues du bois, la Finlande développe actuellement des solutions médicales prometteuses : plâtres biodégradables et réutilisables conçus en copeaux de bois, tests médicaux révolutionnaires à base de sève de bouleaux comptent parmi ces avancées. A l’image de la Finlande, la France a elle aussi un rôle à jouer en matière de bio-innovations forestières. La qualité de ses chercheurs prisés dans le monde entier la place en bonne position pour investir ce secteur d’avenir. Planter des arbres, c’est nourrir ce terreau d’innovations en devenir. « Notre pays peut devenir un champion des bio-innovations issues du bois

 

9) Garantir la diversité des espèces La forêt française est riche de la diversité des arbres, feuillus et résineux, qui la composent. On compte pas moins de 126 essences di­érentes en métropole, dont deux tiers de feuillus. Dans l’action de reboisement à mener, il est nécessaire de pérenniser sur le long terme la pluralité des essences et ainsi éviter la tentation grandissante de plantations mono-essence à croissance rapide qui appauvrissent les sols à terme et se révèlent plus sensbiles aux e­ets du dérèglement climatique. Cette diversité est le témoignage multiséculaire de la richesse de notre patrimoine écologique. La préserver, c’est assurer la protection de sa biodiversité et garantir la complémentarité des usages de la forêt. « La France est riche de 126 essences d’arbres. Cette diversité est la clef de la durabilité de nos forêts »


10) Préserver les services écologiques essentiels Sans qu’on le sache vraiment, les arbres rendent chaque jour des services indispensables à la vie et au bien-être de nos concitoyens. Ils contribuent au maintien de la qualité des eaux, luttent contre l’érosion des sols et représentent l’un des principaux foyers de biodiversité de notre pays. Ils abritent notamment des pollinisateurs (abeilles, etc) qui jouent un rôle indispensable en faveur des écosystèmes et par conséquent de l’alimentation humaine. Les arbres de nos régions participent aussi à la lutte contre le changement climatique en stockant du CO2. Ils assainissent également l’air pollué des centres urbains et péri-urbains. En clair, les arbres sont nos précieux alliés. En planter, c’est préserver ces services et notre avenir tout simplement. « Les arbres rendent chaque jour des services indispensables à la vie et au bien-être de nos concitoyens »

http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/8182673.stm


Trees are 'crucial famine food'

 

Trees can serve as a vital "famine food" to keep drought-hit communities alive when all other food crops fail, according to campaigners.

Food insecurity is a routine fact of life for many of the world's poorest people, Miranda Spitteler, chief executive of Tree Aid told BBC News.

She said the West needed to recognise the important role trees could play in reducing the need for conventional aid.

She also called for support for a local tree-based solution to food shortages.

At this year's G8 summit, hosted by Italy, the leaders of the world's biggest economies recognised the need to improve global food security.

They pledge to spend $20bn over three years in an effort to support food production in developing nations, reducing the need for emergency food aid.

But Ms Spitteler commented: "What is missing from this pledge is any mention of the key role that trees can play."

Green Room: Trees are vital food

In an article for the BBC News website's Green Room column, she added: "'Conventional' crops are often not native and require expensive inputs, significant irrigation and land preparation in order to produce a successful harvest.

"Trees, on the other hand, often survive when other crops fail."

Trees provide fruits, nuts, seeds, leaves, flowers, sepals, even sap, which can be used as food.

Self-sufficiency

The leaves of Moringa oleifera, which is cultivated across Africa, India and South America, for example, have more beta-carotene than carrots, more vitamin C than oranges and more calcium than milk, the head of Tree Aid wrote.

She said the fight against hunger, especially in drought-hit times, must target those at the epicentre of of world poverty - smallholder farmers in rural Africa.

Some tree foods can provide much needed energy

"They need support to adopt agro-forestry techniques, which boost soil fertility and provide tree food crops to supplement nutrition."

Ms Spitteler added: "This approach can increase self-sufficiency for both rural communities and national economies. It can increase environmental security, diversify livelihood options and reduce the vulnerability of poor households to climate change and external shocks."

Global food production needs to double over the next 40 years if the world's population is to be fed, according to UN estimates.

Jacques Diouf, director-general of the UN Food and Agriculture Organization (FAO), says the massive challenge will require a global effort.

"For the first time in human history, we have more than one billion hungry people in the world.

"I am therefore happy that most of the leaders of the G8 have said that we need to focus on food production in poor countries and allow them to earn their income by producing food."

President of Tree Aid, Sir Crispin Tickell said: "As a member of the Copenhagen Climate Council, I greatly applaud the G8's initiative and hope that the vital role of trees will be fully recognised at the COP 15 Summit in Copenhagen in December."